Outils pour utilisateurs

Outils du site


nagds:entree

Non Au Gaz De Schiste 64

Actualités récentes

Depuis novembre 2018, le projet de forages d'hydrocarbures conventionnels est abandonné par Investaq. https://ecologie64.wordpress.com/category/forages-nord-bearn/
C'est une bonne nouvelle à court terme pour les citoyens bénévoles sur cette lutte qui pourront dorénavant consacrer leur énergie à la concrétisation d'alternatives au tout pétrole.

Le collectif NAGDS64 restera toutefois vigilant dans les prochaines années au cas où le législateur décide d'autoriser l'extraction d'hydrocarbures de schiste. En effet, la campagne sismique menée pendant l'été 2018 a probablement permis à Investaq et à l'industrie pétrolière en général de connaître le potentiel de la roche mère sous Fichous et Garos.

Historique

De nombreux permis de forages ont été accordés dans le Sud-Ouest de la France. Au nord du Béarn, le permis de Claracq permet depuis 2006 à l'entreprise Investaq Energie d'envisager des forages d'hydrocarbures qu'ils qualifient de « conventionnels ». Deux forages d'exploration ont eu lieu en 2014 et 2015 sur la commune de Fichous Ruimayou. Le 12 décembre 2015, Investaq a organisé une réunion d'information sur la commune voisine de Garos pour présenter son intention de réaliser 5 nouveaux forages au 2ème semestre 2016.

En 2006, le permis de Claracq avait été attribué à l'entreprise anglaise Celtique Energie connue pour avoir extrait du gaz de schiste au Canada et pour avoir mené dans le Jura des projets similaires à celui en Béarn. Investaq prétend rechercher des hydrocarbures conventionnels mais il est fort probable qu'ils préparent le terrain si une nouvelle loi autorisant la fracturation hydraulique était votée après les élections présidentielles de 2017. Les 5 prochains forages sur Garos et Fichous ont fait l'objet d'une enquête publique du 15 mars au 15 avril 2016, ce qui n'avait pas été le cas pour les 2 précédents forages. Malgré une majorité d'avis contestant des irrégularités sur plusieurs points (juridiques et environnementaux), le commissaire enquêteur a rendu un avis favorable. L'arrêté préfectoral du 22 décembre 2016 a donné à Investaq l'autorisation d'ouverture de travaux. En outre, le tribunal administratif de Pau a condamné l'Etat français a verser 600 000 euro pour ne pas avoir répondu à leur demande de renouvellement du permis de Claracq.

Lors de la réunion publique de décembre 2015, en présence des élus locaux et du député de la circonscription David Habib, une majorité des citoyens présents ont pu émettre des doutes quant aux réelles intentions d'Investaq, et demandé la tenue d'une nouvelle réunion pour que d'autres informations y soient présentées et qu'il y ait un minimum de démocratie. Une vingtaine de citoyens du nord Béarn ont alors organisé une réunion publique le 26 mars 2016 avec une table ronde pour se demander si ces forages servent l'intérêt général. Aucun élu n'est venu à cette réunion. La grande majorité des participants ont conclu que, au vue du changement climatique et de l'épuisement des ressources fossile, la construction démocratique d'une société humaine et soutenable doit passer avant la recherche de nouveaux gisements. Vous pouvez voir (et écouter) les interventions de cette réunion sur la vidéo suivante https://www.youtube.com/watch?v=glcy2qukMKw
Suite à cette réunion a été actée la création du collectif « Non au gaz de schiste 64 » (NAGDS64) afin de sensibiliser sur un périmètre plus vaste que le nord Béarn car d'autres permis sont dans les cartons des pétroliers.

Le collectif NAGDS64 est devenu sous-groupe d'ATNB début 2017. Il compte sur les échanges entre activistes (notamment avec ses homologues du Gers et des Hautes-Pyrénées) et avec la population pour faire grossir le mouvement et pour lancer des alternatives concrètes à nos modes de vie consuméristes.

Le 17 avril 2018, Investaq a obtenu un 3ème et dernier renouvellement du permis de Claracq jusqu'au 3 novembre 2019, avec le projet d'effectuer durant l'été 2018 une campagne “sismique” d'acquisition de données géophysiques afin de cartographier en 3D le potentiel d'hydrocarbures du sous-sol de Fichous et Garos, et de leur permettre de demander et d'obtenir une concession pour exploiter les hydrocarbures jusqu'en 2040 (la loi Hulot du 30 décembre 2017 ne leur interdisant pas de le faire).

Le 3 mai 2018, ATNB a appelé à un rassemblement en marge d'une réunion entre l'industriel et les élus locaux Article dans la république des Pyrénées
Le 25 juin 2018, ATNB a envoyé une lettre au Préfet des Pyrénées-Atlantiques, lui demandant de ne pas autoriser cette campagne. (Merci aux militants anti gaz et huile de schiste du sud-est et de région parisienne pour leur aide).
Le 6 juillet, un comité citoyen principalement constitué d'habitants de Garos a organisé une réunion publique ouverte à tous pour informer et permettre des échanges sur le sujet. ATNB leur a apporté son soutien en communication et en préparation de la soirée. Le 21 juillet, ce même comité citoyen a organisé un rassemblement devant la préfecture du 64 à Pau, avec la même aide de la part d'ATNB. Article dans Sud-Ouest

Toutes ces actions n'ont pas empêché le préfet de donner le feu vert à Investaq, qui a travaillé comme prévu pendant 2 mois, en se permettant des intrusions sur des terrains de propriétaires hostiles à leur campagne sismique.

Finalement début novembre 2018 on apprenait l'abandon de ce projet de forage d'hydrocarbures conventionnels, faute d'une quantité suffisante pour qu'Investaq en rentabilise l'extraction.

Contact

nagds/entree.txt · Dernière modification: 2019/01/23 14:54 par damien